//Coronavirus : en Allemagne, face à l’ampleur de la récession, la pression monte pour une levée du confinement

Coronavirus : en Allemagne, face à l’ampleur de la récession, la pression monte pour une levée du confinement

La chancelière allemande Angela Merkel et le ministre de la santé Jens Spahn, le 8 avril 2020 à Berlin.
La chancelière allemande Angela Merkel et le ministre de la santé Jens Spahn, le 8 avril 2020 à Berlin. POOL / REUTERS

C’est une voix de plus en plus insistante qui émane depuis quelques jours des milieux d’affaires allemands : il faut planifier une sortie rapide du confinement, sans quoi les conséquences économiques seront dramatiques.

Malgré l’énormité du paquet d’aides accordées par le gouvernement fédéral à la fin du mois de mars (1 200 milliards d’euros), ce sera insuffisant pour éviter toutes les faillites et l’impact social de cette situation, alertent fédérations professionnelles et économistes. Depuis mardi, le débat est aussi alimenté par des voix issues du monde sanitaire, qui contestent l’efficacité du confinement généralisé.

Trop tôt

Mercredi 8 avril, les grands instituts économiques du pays ont donné l’état des lieux des dommages à attendre. Selon leurs derniers pronostics, l’Allemagne devrait subir une récession de près de 10 % au deuxième trimestre, soit le plus important recul jamais enregistré sur trois mois depuis la seconde guerre mondiale. Une secousse deux fois plus forte que celle de la crise économique et financière de 2008-2009. Dans le cas d’un retour progressif à la normale après la fin du confinement, la récession serait de 4,2 % en 2020. Sous l’effet d’un fort rattrapage, la croissance en 2021 atteindrait 5,8 %, prédisent les instituts. Tout cela à condition que l’activité reprenne progressivement… dès le 20 avril.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Berlin, les travailleurs indépendants ont déjà reçu 5 000 euros d’« allocation corona »

La date paraît hautement optimiste. Rien ne dit pour l’instant que le gouvernement assouplira les mesures de confinement d’ici là. Angela Merkel n’a donné aucune précision et son ministre de la santé, Jens Spahn, estime qu’il est encore trop tôt pour envisager un plan de sortie. Ils veulent attendre la fin de la période de Pâques pour « réévaluer la situation », laissant entendre un confinement bien plus long. Mais combien de temps pourront-ils tenir cette ligne face à la pression montante issue du monde économique et de certains experts de la santé ?

Pour l’instant, les plus ardents défenseurs d’une réouverture rapide sont les plus touchés : les secteurs du tourisme, de la restauration et de l’hôtellerie. Un récent sondage de la chambre allemande de commerce et d’industrie (DIHK), mené auprès de 15 000 entreprises, révèle que 40 % des sociétés de ces secteurs sont menacées de faillite à court terme.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Allemagne, la levée inédite du frein à la dette publique

Mais même au sein du Mittelstand, ce tissu d’industries de taille moyenne réputées pour leur solidité, on s’impatiente. L’indice KfW-Ifo du moral des entreprises du Mittelstand, publié mercredi, affiche une chute historique au mois de mars. Dans l’automobile, vitale pour l’Allemagne, les entreprises de taille moyenne sont très nombreuses à approvisionner les grands constructeurs de pièces produites et livrées en flux tendu, c’est-à-dire quelques minutes avant leur utilisation. Toute perturbation de ces chaînes peut être fatale. Pour relancer la production automobile, il faut donc que, en amont, ces sous-traitants soient pleinement opérationnels et que les systèmes logistiques ne s’interrompent pas.